Actualités

💶 🤔 Le budget 2021 de la ville a été voté… Découvrez ce qu’il prévoit et ce qui va changer pour vous !

Le 10 décembre, le budget 2021 a été débattu en conseil municipal puis adopté par la majorité, malgré toutes les remarques et questions, restées sans réponses, du groupe Demain Montrouge.

Le budget 2021 est marqué par une augmentation fiscale considérable. Il est très rare que la puissance publique se permette une telle hausse, mais à Montrouge tout est permis, après le galop d’essai sur les tarifs du stationnement, les impôts locaux connaîtront donc un coup de massue sans précédent…

La mairie compare le taux des taxes locales avec celui des autres villes. Mais cet exercice n’a de sens que si l’on se compare aux villes similaires (présence de sièges sociaux et ancienne taxe professionnelle, prix du m² qui impacte les droits de mutation, assiettes fiscales de taxes locales). Nous ne devons pas nous comparer à Bagneux ou à Nanterre, comme le fait trompeusement Étienne Lengereau, mais plutôt à Asnières, Boulogne, Courbevoie, Neuilly, Puteaux : toutes ces villes du 92 ont un taux de taxe foncière inférieur au nôtre !

Dans le même temps, les élus de la majorité ont aussi voté l’augmentation de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) à Vallée Sud - Grand Paris (passant de 3,05 % à 4,02 %), soit là aussi un bond de plus de 30 % de cette taxe… 

Cette pression fiscale imposée par Étienne Lengereau pose plusieurs questions.

Qui va souffrir de ces augmentations ? Il faut savoir que la TEOM est intégralement refacturée au locataire. L’augmentation de la taxe foncière ne touchera dans un premier temps que les propriétaires, dont les bailleurs sociaux, qui vont logiquement réduire leurs dépenses d’entretien. Dans un second temps, les bailleurs n’auront d’autre choix que de répercuter l’augmentation de la taxe foncière lors du renouvellement de bail. Nous serons donc tous touchés, propriétaires ou non. Vous l’avez compris, Montrouge se distingue en cumulant un m² très cher à l’achat ou à la location et des taxes locales très élevées.

Mais à quoi servent ces augmentations ? Nous avons fait l’exercice de comparer ce budget à celui de 2019, année sans Covid, pour mesurer les éventuelles inflexions budgétaires qui auraient pu prendre en compte les dégâts économiques liés à la crise sanitaire. La conclusion est désespérante : le budget de la ville réduit les dépenses dévolues aux politiques sociales.

L’augmentation du budget (3,6 % entre 2019 et 2021, soit 2,75 M€) se retrouve pour l’essentiel dans l’augmentation des indemnités des élus de la majorité, la masse salariale de l’administration générale (cabinet du maire et équipe de direction) et les dépenses de communication. L’augmentation des impôts permet simplement de maintenir le train de vie dispendieux de la majorité actuelle.        

Enfin, ce budget est parsemé d’erreurs et d’imprécisions qui font bondir les spécialistes en la matière, qui dénoncent le manque de rigueur et de conformité des dossiers techniques. L’absence d’élu en charge des finances explique l’irresponsabilité de cette équipe, ce qui a conduit à la dégradation très brutale des comptes de notre ville (+ 30 % d’impôts mais baisse de 20 M€ des réserves de la ville en quatre ans).

Les élus de Demain Montrouge.

elus@demainmontrouge.fr