⟵ Retour

Retour sur le conseil municipal du 3 juillet 2020 : la lettre de Juliette Méadel

Un premier conseil municipal à Montrouge : le déni de démocratie, un abus brutal de majorité

La lettre de Juliette Méadel, Présidente du 1er groupe d’opposition à la mairie de Montrouge, « Demain Montrouge »

Le premier conseil municipal a eu lieu le 3 juillet 2020 à Montrouge. Convoqué avec trois jours d’avance, comprenant un ordre du jour avec l’adoption à la va-vite du budget, parce que le maire voulait partir en vacances, nous a-t-il dit, ce fut une parodie de démocratie locale. Je tiens à le faire savoir aux Montrougiens, c’est pourquoi je vous écris. 

Notre liste, Demain Montrouge, est arrivée deuxième avec près de 40 %, soit 5 % de moins que celle du maire sortant.

L’application des règles de partage des 45 sièges du conseil municipal donne une répartition très peu respectueuse de l’expression démocratique des électeurs, puisque la mairie sortante dispose de 33 sièges et que nous n’en avons que 9.

Le maire sortant devrait donc tenir compte de cette surprime institutionnelle, cette surprime qui lui permet de disposer de presque quatre fois plus de sièges que nous alors qu’il n’a fait que 5 % de voix de plus que nous. 

Or, nous avons assisté à un déni de démocratie permanent, à un écrasement de la voix des 40 % de Montrougiens qui nous ont choisis au second tour. 

Premièrement, le maire sortant nous a quasiment exclus des instances de gestion locales. Normalement, dans toutes les communes de France, le maire permet à l’opposition de faire entendre sa voix dans les instances de la ville, ces instances qui permettent de gérer la ville comme la caisse des écoles, les sociétés d’économie mixte comme la Sémarmont (le commerce), la Sogeb (le Beffroi) ou encore Montrouge Habitat. Or, à Montrouge, la mairie sortante a voulu écraser la minorité que nous sommes en partageant les places entre les deux groupes d’opposition, voulant installer ainsi l’idée qu’une liste qui a fait 40 % mérite la même place que celle qui a fait 15 %, la liste de M. Saintoul.

Les petits arrangements entre la liste LFI-EELV de M. Saintoul et la liste LREM-LR-UDI de M. Lengereau pour la répartition des places se sont manifestés au grand jour lors de ce conseil municipal d’installation. L’équipe du maire a ainsi voté avec celle de M. Saintoul pour que ce dernier puisse avoir des places en plus dans les instances.

Deuxièmement, notre expression publique a été soumise à des pressions haineuses, des commentaires désobligeants et un manque de respect inédit à Montrouge : refus de donner la parole, huées encouragées pendant nos discours, absence de réponse à toutes nos questions etc. (voir la séquence de mon discours).

Enfin, et pour finir, la séance a duré 11 heures, de 15 heures à 2 heures du matin, pour adopter le budget de la ville, et toute une série de délibérations qui portent sur des sujets importants comme la vente d’immeubles à un prix sous-évalué, au détriment de la ville ; comme la diminution drastique de la subvention au réseau des assistantes familiales, comme la catastrophique rédaction du dispositif de subvention au vélo… Tous ces sujets ont donc été bâclés, les délibérations ont été lues mot à mot, sans esprit de synthèse, sans analyse et sans capacité à répondre aux vraies interrogations des citoyens. 

En réalité : ce premier conseil municipal fut l’expression brutale d’une majorité arrogante et peu travailleuse. Nous ferons notre devoir, comptez sur notre engagement pour tenter, dans ces conditions particulièrement difficiles, de faire entendre votre voix.

Hauts les cœurs !


« Dans une période de "crise totale", la démocratie ne peut plus attendre » - Juliette Méadel
La crainte de la deuxième vague du Covid-19 nous a fait entrer dans une période de « crise totale » : pas un Français qui ne s’inquiète à juste titre de son avenir, de sa santé, de celle de ses proches, de son emploi ...
Lettre du 2 septembre - Demain Montrouge
Après un été que j’espère le plus reposant possible pour vous, je vous souhaite une belle et heureuse rentrée, même si le contexte sanitaire soulève des inquiétudes légitimes.
💬 Discours d'installation au conseil municipal de Juliette Méadel
Lorsque j’ai proposé ma candidature à la ville de Montrouge, je l’ai fait avec le souhait de me mettre au service de notre ville, et de vous, mes chers concitoyens. J’habite évidemment ici depuis plus de sept ans et j...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la mesure d'audience (données personnelles).
OK