âźµ Retour

đź’¬ Discours d'installation au conseil municipal de Juliette MĂ©adel

« Mes chers concitoyens, chères concitoyennes,

Lorsque j’ai proposé ma candidature à la ville de Montrouge, je l’ai fait avec le souhait de me mettre au service de notre ville, et de vous, mes chers concitoyens. J’habite évidemment ici depuis plus de sept ans et j’ai construit, avec une équipe très engagée et montrougienne depuis plus de 20 ans en moyenne, le plus beau des projets pour notre ville.

Nous nous sommes lancĂ©s dans cette aventure avec l’énergie des croyants, celle qui n’appartient qu’à ceux qui sont sincèrement Ă©pris des « valeurs bonnes », comme disait le philosophe. Des valeurs et des principes qui tiennent en une phrase : « aller Ă  l’idĂ©al, comprendre le rĂ©el ». Notre idĂ©al, c’est une ville Ă©cologique, solidaire et dĂ©mocratique. Le rĂ©el, c’est une ville abĂ®mĂ©e par des annĂ©es de mauvaise gestion, par une absence de vision, et, pire, par un manque de considĂ©ration Ă©lĂ©mentaire Ă  l’endroit de nos concitoyens, et en particulier de ceux qui souffrent.

Le 15 mars dernier, nous avons réalisé un très bon score, celui du maire sortant était moins bon. C’était même le plus faible score des maires sortants de notre département. Puis, est arrivé la Covid-19 et le confinement. Ce fut un choc pour beaucoup d’entre nous, nos concitoyens sont tombés malades et soixante-neuf Montrougiens en sont morts. C’était une période grave, une période qui nous aura tous profondément marqués. Avec mon équipe, nous avons strictement respecté les consignes, comme tout un chacun, nous sommes restés confinés mais mobilisés et nous avons œuvré, sans le dire, avec discrétion, au bien être des plus fragiles : fabrication de masques en tissu, de blouses pour du personnel paramédical, distribution d’aide alimentaire, comme beaucoup d’autres associations que je veux saluer ici, et des distributions de vêtement aux familles qui en avaient le plus besoin.

Nous sommes également intervenus dans le débat politique local en demandant que soient prises en considération les familles les plus démunies, que les enfants qui ne pouvaient plus déjeuner à la cantine soient aidés, ou que les SDF puissent bénéficier d’un lieu d’accueil et de protection contre le Covid. Hélas nous n’avons pas été entendus à la hauteur de nos espérances.

Et puis la campagne a repris ses droits, et je suis au regret de vous le dire, mais le maire sortant a préféré utiliser cette période pour faire campagne, avec tous les moyens de la mairie. Nous avons constaté que les outils de communication comme Montrouge Magazine, les fichiers de la mairie, le pouvoir de promettre, bref la prime au sortant est devenue, à Montrouge, la « surprime au sortant ». La campagne du second tour fut décourageante pour nos concitoyens qui, pour 6 /10 d’entre eux, ne se sont pas déplacés.

Il est vrai que cette campagne, qui a mis en jeu trois listes, fut un peu Ă©tonnante pour tous ceux qui, comme nous, aspirent au monde d’après. On y a tout aperçu, y compris la nuit, parfois, de jeunes membres de l’équipe du maire sortant, soutenu par la REM et la droite, faire la campagne des Insoumis, au profit d’accords Ă©lectoraux qui, un jour je l’espère,  seront rĂ©vĂ©lĂ©s au grand public parce que les Montrougiens ont le droit de savoir.

Mais, je ne veux pas aller plus loin, il faut le dire et le reconnaitre, vous avez, en réalité, grâce à l’aide active du dernier de votre liste, que nous voulons saluer ici, Jean-Loup Metton, réussi à sauver les meubles et vous voilà élu. Je vais donc vous féliciter car je suis républicaine.

Aujourd’hui, je veux remercier les 40 % des Ă©lecteurs de Montrouge qui ont votĂ© pour nous. Je veux leur dire que notre groupe au Conseil municipal, qui s’appelle Demain Montrouge, et qui est composĂ© notamment de la sensibilitĂ© de Joaquim Timoteo, ancienne tĂŞte de liste de « Montrouge MĂ©rite Mieux » ainsi que du soutien de Marie-Catherine Baldet-Arrighi, pour la liste « Pour Montrouge, la liste vraiment citoyenne », est un collectif qui aura Ă  cĹ“ur de dĂ©fendre l’intĂ©rĂŞt des Montrougiens.

Je suis fière, aujourd’hui, d’être à la tête de ce rassemblement de citoyens et je veux leur dire toute ma gratitude. Je suis fière de notre liste sans étiquette politique, avec de vraies convictions et le profond désir de se mettre à votre service. Je sais les déceptions. Nous avons fait près de 40 % et nous incarnerons cette aspiration-là. Notre projet pour la ville reste intact, utile pour Montrouge.

Les institutions vous donnent 33 sièges et nous en donnent 9 ; c’est ainsi, mais cette disproportion institutionnelle vous oblige. Elle vous oblige sur le terrain politique à nous entendre, et à tenir compte de notre voix si, comme nous, vous avez le projet de travailler pour l’intérêt général.

Montrouge doit devenir une ville verte, dynamique et solidaire, pour répondre aux besoins cruciaux de nos concitoyens. Les besoins que nous avions identifiés avant la crise se sont manifestés avec encore plus d’acuité depuis la survenance de celle-ci. Notre ville doit accélérer sa mutation vers la transition écologique, encourager l’activité économique et commerciale, de manière plus innovante et plus déterminée et soutenir les victimes de la crise sanitaire, qui étaient déjà les plus fragiles économiquement, socialement avant la crise COVID.

Demain Montrouge doit devenir verte ! Nous nous battrons pour que Montrouge soit propre, calme et facile d’accès ; nous nous battrons pour que l’on puisse se déplacer facilement avec l’installation des mobilités vertes comme le vélo - priorité de la politique des transports dès le mois de juillet 2020- sans pénaliser ceux qui ont besoin de leur voiture, - et nous nous battrons pour diminuer le prix du stationnement. Nous nous battrons pour que soit plantes plus d’arbres afin que l’on puisse mieux se protéger de la canicule. Demain Montrouge doit être dynamique, elle doit soutenir les commerçants et les artisans qui sont le cœur de notre ville, elle doit valoriser l’implantation de nouveaux commerces dans les quartiers qui en sont dépourvus, et faciliter la rencontre entre l’offre et la demande d’emploi pour surmonter les effets délétères de la crise.

Demain Montrouge doit ĂŞtre solidaire: vous devrez simplifier l’accompagnement individualisĂ© pour toutes les dĂ©marches administratives, vous devrez Ĺ“uvrer pour que le centre municipal de santĂ© offre une palette de soins mĂ©dicaux indispensables Ă  tous les âges de la vie, et que le Centre d’action sociale soit dotĂ© de moyens d’intervention sociaux consistants. Il ne faut pas seulement une nouvelle politique pour Montrouge, il faudra changer la manière de gĂ©rer la ville. L’exercice solitaire du pouvoir est non seulement obsolète, mais il est devenu, après une telle crise, contraire Ă  l’intĂ©rĂŞt gĂ©nĂ©ral. Il vous faudra apprendre Ă  partager le pouvoir et Ă  faire vivre la co-dĂ©cision. Nous combattrons l’urbanisme autoritaire et la bĂ©tonisation que vous conduisez en silence, en le repeignant de vert. Nous incarnerons l’opposition dans notre ville en fondant notre action et nos prises de positions sur notre projet. Nous serons une opposition exigeante, active, dynamique, impartiale et exclusivement au service des Montrougiens, parce que c’est la marque de fabrique de Demain Montrouge et parce que nos concitoyens le valent bien. Â»

Juliette MĂ©adel


« Dans une période de "crise totale", la démocratie ne peut plus attendre » - Juliette Méadel
La crainte de la deuxième vague du Covid-19 nous a fait entrer dans une période de « crise totale » : pas un Français qui ne s’inquiète à juste titre de son avenir, de sa santé, de celle de ses proches, de son emploi ...
Lettre du 2 septembre - Demain Montrouge
Après un été que j’espère le plus reposant possible pour vous, je vous souhaite une belle et heureuse rentrée, même si le contexte sanitaire soulève des inquiétudes légitimes.
Retour sur le conseil municipal du 3 juillet 2020 : la lettre de Juliette MĂ©adel
Le premier conseil municipal a eu lieu le 3 juillet 2020 Ă  Montrouge. ConvoquĂ© avec trois jours d’avance, comprenant un ordre du jour avec l’adoption Ă  la va-vite du budget, parce que le maire voulait partir en v...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la mesure d'audience (données personnelles).
OK