⟵ Retour

Les carrières de Montrouge, un trésor sous vos pieds

On a tendance à l’oublier en se baladant en surface, mais notre ville, Montrouge, est construite sur 62 ha de carrières, soit environ un tiers de sa surface, ce qui représente 2,5 fois l’étendue du champ de Mars.

Les carrières de Montrouge avec quelques pierres non porteuses à l’abandon.
Crédit photo Subterranologie.

Depuis l’arrêt de leur exploitation au début du XXe siècle et leur utilisation en abri de défenses passives à la veille de la seconde guerre mondiale, ce patrimoine immense, qui fut le décor des carriers pendant au moins 3 siècles, et accessoirement l’hôpital clandestin de la résistance aux ordre du colonel Rol-Tangy, a été progressivement abandonnés à lui-même, ne se rappelant à notre bon souvenir qu’à l’occasion d’inexorables effondrements dus aux fameux fontis, infligeant de coûteux désordres aux usagers et aux propriétaires, car dans notre droit, la « jouissance » d’un terrain se prolonge jusqu’au centre de la terre, assortie des éventuels ennuis qui vont avec sans pour autant - à ce jour - en tirer les avantages.

Après une intense réflexion, l’équipe de Demain Montrouge, appuyée par Juliette Méadel, a décidé de mettre fin à cet abandon déshonorant dans le cadre d’un vaste programme de valorisation que je propose de détailler ci-dessous.

Tout d’abord sous la supervision de spéléologues et de géologues déjà identifiés nous allons explorer et cartographier ces carrières car - tenez vous bien - leur atlas reste par endroit incertain, et en ce domaine nous ne pouvons rien attendre de l’IGC, la pourtant valeureuse Inspection Général des Carrières, victime comme bien d’autres, de régulières réductions de budget et d’une surcharge de travail, notamment due au chantier du grand Paris.

Les carrières de Montrouge. Ici maçonnées dans le cadre de la défense passive « La ligne Maginot » de Montrouge.
Crédit photo Subterranologie.

Ensuite,  sous le contrôle d’historiens passionnés avec lesquels nous avons pris attache, nous entreprendrons l’ouverture d’un musée du patrimoine carrier dont nous pouvons déjà prédire le succès au regard de celui des catacombes située à 3,7 km de Montrouge et dont vous savez qu’on y attend en moyenne 1 h avant d’y entrer pour la modique somme de 29 euros. Il sera assorti d’un spéléodrome, centre d’initiation et de perfectionnement aux joies de la spéléologie dont les plans on été établis bénévolement en 2007 par une association de spéléologues dont la proposition n’a, à l’époque, pas reçu la moindre  réponse de notre municipalité.

Les carrières de Montrouge. Admirons la maçonnerie impeccable, plus belle que celle en surface !
Crédit photo Subterranologie

Également nous entendons céder des concessions à des entreprises ou associations spécialisées en termes de culture cavernicoles, principalement de champignons et endives dont Montrouge pourrait devenir exportateur net. Une place sera également concédée  à d’autres entités orientées vers la conservation du vin et l’affinage du fromage, comme ceci est fait à bien d’autres endroits en Île-de-France.

Les carrières de Montrouge. Le « ciel » et le « pied » de la carrière bien mis en regard. Crédit photo Subterranologie

En outre, nous allons ouvrir un espace convivial authentiquement « underground » destiné aux artistes notamment aux sculpteurs de pierre qui pourront s’entraîner sur un nombre considérable de roches abandonnées dans notre tréfonds et dont le travail sera valorisé en surface. Un espace complété d’une salle de concert dont la situation sous 18 mètres de roche permettra à nos futurs adultes de se déhancher pas trop loin de chez nous sans trop déranger les voisins.

Tout ceci ouvrira de façon progressive et concertée vers un nombre considérable d’opportunités  dont voici un aperçu produit par l’imagination fertile des concitoyens que j’ai consultés : un escape game, un train fantôme, un hôtel troglodyte apprécié des électro-sensibles car naturellement protégé des ondes électromagnétiques, un abri anti-canicule où même par 40 degrés il faudra descendre avec une petite laine, et enfin la climatisation quasi-gratuite de nos bâtiments publics par simple convection forcée. Dans ce fleurissement d’idées on notera celle d’un expert du stockage de données, prêt à y installer - moyennent loyer venant abonder le budget public - ses serveurs informatiques qui pourront bénéficier d’un providentiel refroidissement naturel à 13 degrés.

Les carrières de Montrouge Cette partie est la plus récente ayant été l’objet d’une extraction mécanique. Crédit photo Subterranologie

Ce projet ambitieux, frappé au coin du bon sens, de l’honneur et du réalisme financier permettra de sécuriser massivement le sous-sol de notre ville offrant une perspective rassurante aux nombreux propriétaires qui en subissent les désordres et un espace extraordinaire pour chacune et chacun d’entre nous qui pourra dire à ses cousins, parents, amis ou petits-enfants: « quand vous viendrez à Montrouge nous irons visiter NOS carrières ». On rêve en particulier de ce jour où nos anciens montrougiens, dont on a rebattu les oreilles pendant toute leur vie avec cette histoire de carrières pourrons, au soir de leur existence, visiter cet univers si proche mais qu’une politique urbaine sans vision aura rendu si distante. Et gageons que le simple fait de poser les pieds sous terre saura nous remettre à tous la tête dans les étoiles.

Les carrières de Montrouge, une inspirante mise en lumière.
 Crédit photo Subterranologie

A cet effet, nous pouvons noter 4 premières dates :

Les 19 et 20 septembre 2020 pour l’ouverture ponctuelle au public d’une première salle souterraine sécurisée durant les journées du patrimoine qui verra le retour de la fête des carriers. Mais avant cela – et c’est une condition nécessaire -  les 15 et 22 mars prochain ou vous aurez la possibilité de porter à la mairie la seule liste ambitionnant un tel projet : Demain Montrouge avec Juliette Méadel.

Nicolas Trüb,
coordinateur Ecologie et Carrières au sein de l'équipe de Demain Montrouge.


Retour sur le conseil municipal du 3 juillet 2020 : la lettre de Juliette Méadel
Le premier conseil municipal a eu lieu le 3 juillet 2020 à Montrouge. Convoqué avec trois jours d’avance, comprenant un ordre du jour avec l’adoption à la va-vite du budget, parce que le maire voulait partir en v...
💬 Discours d'installation au conseil municipal de Juliette Méadel
Lorsque j’ai proposé ma candidature à la ville de Montrouge, je l’ai fait avec le souhait de me mettre au service de notre ville, et de vous, mes chers concitoyens. J’habite évidemment ici depuis plus de sept ans et j...
Les 9 conseillers municipaux de Demain Montrouge
Juliette Méadel
Magistrate de la Cour des comptes, 45 ans.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la mesure d'audience (données personnelles).
OK